Coronavirus et Confinement : le contexte

Le rat a eu sa peste. 

Le chien a eu sa rage. 

Le pangolin a eu son coronavirus.

La pandémie est mondiale. 

Coucou le pangolin!

L’origine du problème n’est pas bien claire.

Fin 2019. Chine. Marché de Wuhan. 

Un marchand chinois entasse des caisses de nourritures. Dedans : des animaux morts, ou mourants. 

Dans la caisse du haut, la bave des chauves-souris coule sur les caisses du bas. Sur la caisse du bas, un pangolin. Le pangolin est proche de l’ex-pangolin. Un Chinois achète le pangolin. Il cuisine le petit mammifère menacé d’extinction. Et à la fin de son repas, le mangeur sucotte les écailles de l’animal. Vlan, il chope le coronavirus. Le pangolin n’était pas frais. 

Marché de Wuhan et ses chauves-souris

Le cheminement est logique : les génomes du coronavirus et de ceux qui circulent chez la chauve-souris sont iLe cheminement est logique : les génomes du coronavirus et de ceux qui circulent chez la chauve-souris sont identiques à 96 %. Mais le virus de chauve-souris n’étant pas équipée pour se fixer sur les récepteurs humains, il est sans doute passé par une autre espèce pour s’adapter à l’homme, appelé « hôte intermédiaire » : le pangolin. C’est assez ironique quand on sait que 100.000 pangolins sont victimes chaque année en Asie et en Afrique d’un trafic illégal qui en fait l’espèce la plus braconné au monde, largement devant les éléphants ou rhinocéros. 

Bref. Le Chinois tousse. Il contamine d’autres Chinois. Un Chinois voyage, tousse sur un Italien qui tousse sur un Anglais qui tousse sur un Français. Soudain, tout le monde tousse sur tout le monde. Les climatisations des aéroports contaminent les surfaces. Un livreur Amazon tousse sur un colis récupéré par une enseignante qui tousse sur un élève… Les politiciens chinois, français, italiens, etc. se toussent dessus dans une grande orgie bactérienne. Puis, quand ils se rendent compte de leur bêtise, ils dissimulent le danger. 

Le monde tremble. Les États ont décidé de prendre un ensemble de précautions pour empêcher la dissémination du coronavirus, appelé aussi Covid-19. Il n’existe aucun virus et des gens meurent de façon exponentiels. En France, le président de la République, Emmanuel Macron, un libéral amateur du patronat et de la finance, a été clair à défaut d’être martial : nous sommes en guerre et les Français doivent se battre. 

Comment?

En restant chez nous. 

Les porteurs du coronavirus sont contagieux pendant l’incubation. 

Nous sommes bien loin des actes héroïques de nos grands-parents qui se terraient dans des fossés pour faire exploser à grands coups de dynamite des diligences allemandes pour s’emparer de leur butin. Nous, notre seul moyen pour éradiquer ce virus tient en peu de mesures : on se lave les mains, on porte des masques, on se mouche dans notre coude, on se tient à 2 mètres les uns des autres. 

Mais même ça, on n’y arrive pas. Conclusion : Depuis mardi 17 mars 2020, nous sommes tous coincés chez nous. Les magasins sont fermés (excepté ceux de première nécessité), et l’on ne peut sortir que pour faire une balade, aller cher le médecin ou sortir son chien. 

Au début, c’était plutôt drôle. 

Le 4 mars 2020, le ministre de la Culture, Riester, chope le coronavirus et se rend au Conseil des ministres avec Macron. Puis, Macron va dans un EHPAD afin d’annoncer aux Français qu’il ne fallait plus se rendre dans des EHPAD. 

Après nous avoir expliqué que nous n’avions plus de masques chirurgicaux (il n’y en a plus nulle part), le ministre de la Santé, Olivier Véran a affirmé le 11 mars 2020 qu’il « n’y a pas une pénurie de masques ». 

Bah oui. Nous les Français, nous sommes plus malins. Nous en cachons des millions dans des entrepôts. Pas pour les donner aux dentistes, infirmières, chirurgiens, potentiels malades ou pharmaciens… Non. On les garde précieusement dans des entrepôts. Nos entrepôts sont bien protégés. Du coup, je me demande si les stocks stratégiques d’iode en cas d’accident nucléaire sont à la hauteur des stocks de masques FFP1 et FFP2. Et s’il y en a, en possède-t-on des millions afin de protéger nos entrepôts? 

Bref. En réalité, on n’a pas de masques. Ils ont dû les vendre ou s’en séparer pour en faire des jeans ou une plus-value. Les masques qui restent valent de l’or. Ah! L’or…

L’or, l’argent, le capitalisme, l’individualisme. J’adore le capitalisme! Tiens, Roux de Bezieux, le gourou du MEDEF, veut porter la garantie de la BPI à 90% et revoir « le plafond à 1,5M€. Et la commission ne peut pas refuser!  », « et puis il faut suspendre immédiatement des charges sociales en cas de baisse brutale de chiffre d’affaires. Sinon des milliers de PME risquent de disparaître ». 

« C’est magnifique. J’adore le capitalisme. Ça refuse toute l’année de participer à l’effort collectif en disant « vous comprenez, il faut rémunérer les investisseurs car ce sont eux qui prennent le risque et quand le risque arrive, en l’occurrence un virus, ils demandent, sans trembler, au collectif de payer ». (quelqu’un sur twitter)

Nous ne sommes pas à une contradiction près. L’été dernier, le gouvernement reporte des examens du brevet des collèges parce qu’il fait 35 degrés. Aujourd’hui, la Chine fait reculer le coronavirus en prenant des mesures liberticides dignes d’un effort de guerre. 

Nous interdisons les rassemblements de plus de 1.000 personnes, mais le RER A, c’est 2.000 voyageurs par Ram…  Lavez-vous les mains! Mais il n’y a pas de savons dans les établissements scolaires.

Faites-nous confiance! Mais nous allons profiter du coronavirus pour utiliser le 49-3 afin de faire passer une mesure sociale fondatrice « illégitime »… 

La bourse s’effondre? Une ministre nous indique que c’est le bon moment pour spéculer et jouer en bourse… 

Le coronavirus frappe la France? La ministre de la santé est priée de quitter son poste pour gagner Paris. Et si elle perd Paris, elle sera nommée défenseur des droits… 

En attendant, Paris se fait attaquer par des rats. Le coronavirus gagne du terrain. Les hôpitaux se noient sous les suspicions de coronavirus. Les médias deviennent monomaniaques et angoissent les populations. Tout cela est vide de sens, contrairement à nos entrepôts sont qui sont pleins. 

C’est superbe. Cynique. Ironique. 

Le contexte, c’est donc cela : une grande cacophonie mondiale où chaque dirigeant a mis tout en oeuvre pour démontrer son incurie. Le souci, c’est qu’historiquement chaque mouvement de « violence » démocratique donne lieu à des changements de société. On peut imaginer qu’au nom de la sécurité sanitaire, nous nous transformions en société de surveillance, on nous géolocalise, incruste des puces sous la peau. La perte de confiance désunirait les peuples, abandonnant la démocratie à son pan d’histoire pour entrer dans une phase dure. Cela pourrait être la saison 1 d’une série en 10 exemplaire.

Et maintenant, nous voici en quarantaine.

7 commentaires

  1. Merci. Oui il se nourrit de bien de petites choses. Un animal pomme de pain aux allures d’artichauts.
    Alors non, je n’ai pas remarqué. Mais je vais faire attention à l’avenir. Je bosse encore. Je ne me confine que le soir. J’ai l’impression de devoir décortiquer chaque mouvement pour éviter cet ennemi invisible. C’est fatiguant… mais j’ai vu des ministres tousser!
    Merci pour le compliment. C’est très gentil de ta part. Surtout venant d’une femme qui aime les belles choses 🙂

    J'aime

  2. N’est- ce pas le pangolin qui se fournit de fourmis qu’il attrape avec sa longue langue ?
    Journal extra. 🙂
    As-tu remarqué qu’à la radio, ou sur les plateaux de télévision, les intervenants éternuent et toussent dans l’ombre ?
    Amitiés- merci pour l’humour

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s