Lettre d’insulte à un proprio

« Madame,

Chose qui arrive rarement, je suis allé à la boite aux lettres ce matin.

Quelle n’a pas été ma surprise en constatant que vous m’avez adressé un courrier m’enjoignant de vous régler la somme de 1350 euros pour divers travaux dont le recollage d’une prise électrique, le nettoyage et le rafraichissement de l’appartement.

Capillairement vous êtes dégarnie, mais vous ne manquez pas de toupet.

Lorsque nous avons pris possession de votre appartement, vous n’aviez pas pris la peine de tirer la chasse d’eau. Votre urine, couleur ambre, nous a inquiété sur la qualité de votre hydratation. Votre corps semblait manquer d’eau, mais nous n’avons pas pris la peine de vous signaler cette information tant nous étions choqués par l’étron qui naviguait sur cette mer de miel. Nous avons mis plusieurs semaines pour récurer vos wc qui n’avaient pas du sentir l’odeur de la Javel depuis des mois.

Etant donné notre excellente éducation judéo-chrétienne, nous avons mis cela sur votre grand âge.

Puis il y a eu l’affaire de la salle de bain.

Votre peinture (à n’en pas douter la plus bas de gamme) s’effritait dans le bain de mon fils.

Nous avons tenté de faire vibrer votre fibre maternelle pour consolider la dégénérescence programmée de cette pièce, mais vous étiez trop absorbée à rédiger vos multiples quittances pour gérer vos biens immobiliers.

Vous m’avez proposé de repeindre moi-même, moyennant un remboursement de la matière première. Bien évidemment, vous n’aviez pas mentionné de payer ma main d’oeuvre.

Il n’y a pas de petites économies.

Je reconnais bien là votre esprit cartésien, une âme sensible aux « coûts » et aux « frais » non imposables auprès de l’administration fiscale.

En attendant une réaction de votre part, j’ai préféré scotcher la-dites peinture sur les murs. Je n’avais que cela sous la main. Si j’avais eu l’occasion de trouver un marteau et des clous, mon instinct m’aurait conduit à clouter chaque morceau de peinture dans votre mur poreux.

Nous avons vécu 6 ans dans cet appartement.

A raison de 1350 euros par mois, nous vous avons donné 93.600 euros sur cette période.

Nous avons toujours été de bons payeurs. Les sommes vous ont toujours été versées à date fixe.

Pendant ces années, nous avons du combattre l’imbécilité de notre voisin de palier, un autre de vos locataires, dont l’intelligence animale n’est pas sans rappeler celui d’un bull terrier édenté ainsi qu’à la « cassoïsation » du quartier (dont la valeur va, de toute évidence, péricliter au cours des prochaines années).

Sachez donc que le courrier que vous nous avez adressé est particulièrement indélicat, nauséabond et digne d’une connerie propre aux gens qui laissent des pans de murs tomber dans des baignoires accueillant des nouveaux nés.

Avec cette lettre, je vous renvoie donc votre courrier.

Allez donc vous torcher avec,

Et n’oubliez pas de vous hydrater,

Cordialement »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s