Journal intime de François Fillon

Jour 1

« Très cher Saint Christophe,

Saint patron des voyageurs,

Je t’écris, comme bien souvent, dans mon carnet intime, le seul réceptacle de mes doutes, de mes espoirs et de mes désirs.

Hier Au 15ème tour,  j’ai pété la durite de l’Audi, explosé l’aileron, perdu mon adhérence et j’ai fini dans le paddock de chez Porsche.

Mon arrêt au stand avait vraiment de la gueule.

Tu aurais vu le visage des mécaniciens quand ils ont vu le futur président de la République arracher leur casquette avec un pneu de 355mm !

Je te remercie de m’avoir laissé en vie.

Je n’ai aucune égratignure.

Tu as récompensé ma fidélité,  ô seigneur !

Ta puissance est infinie ».
Amen.

PS : J’ai allongé 50.000 euros pour aider aux réparations.

Jour 2

« Des profondeurs je crie vers toi,

Saint Laurent de Rome,

Saint patron des cuisiniers, écoute mon appel !

Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière !

Laurent, Pénélope m’a fait un gratin dauphinois somptueux !

Autour de la table, j’ai pu me régaler à trois reprises, car ses mets sont d’audacieux mélanges composés de virilité et d’assaisonnement millimétrés.

Quel joie m’as-tu procuré lorsque tu as décidé de la mettre sur mon chemin.

Audacieux Cuistot étoilé ! Ô toi puissant parmi les puissants !
Merci pour ces victuailles quotidiennes.

Pénélope est une reine.

Amen

Jour 3

« Très cher Jésus,

Après moult revirement, j’ai remporté la primaire dans mon parti politique.
Un combat âpre, pleine de fourberies et de tromperies de la part de mes adversaires.
Personne ne misait un copeck sur moi.
On me disait troisième homme mais Saint Syméon le Fou (Saint patron des marionnettistes) m’a montré le chemin pour instrumentaliser Nicolas.

Je lui ai fait manger le bitume dans une dernière sainte accélération.

Quant au patriarche Juppé, la transmission de mon Audi (merci Saint Gabriel, Saint patron des transmissions) m’a permis de l’écraser sur la ligne d’arrivée.
Je suis heureux.
Merci, Ô Seigneur !

Je porterais ta parole par delà les montagnes et les mers.
Amen

PS 1 : Pénélope m’a fait un petit rôti pas dégueu. (pêché de gourmandise)
PS 2 : J’ai allongé 10.000 pour l’Audi afin de rajouter un aileron pour plus de stabilité.

Jour 4

Eurêkâ !

Seigneur, toi, pourfendeur des Sibyllins,

Grand tonnelier des caves,

Je monte, je monte !

Les sondages (je me signe en écrivant ce mot) m’apportent toute les satisfactions possibles (pêché d’orgueil).
Je serai le prochain leader des Français !

Comme toi, je leur ouvrirai la voie,

Je leur apporterai les valeurs de Saint Joseph Artisan, saint patron des travailleurs, en réduisant leur temps de repos, en baissant leurs charges sociales.

Je les remettrai au travail, en indemnisant peu leurs jours d’arrêts maladies. J’en ai parlé à Saint Luc (saint patron des médecins) et à Saint Raymond Nonnat (saint patron des Sages-femmes), ils n’ont dit mot.

Qui ne dit mot consent…

Nous allons libéraliser tout ça !

Seigneur, je te remercie pour cette miséricordieuse audience et ta confiance répétée.

Amen

PS : Pénélope m’a fait un joli rapport sur la journée des enfants, c’était écrit avec style et simplicité.  Merci de m’avoir fourni une femme aussi merveilleuse (pêché de luxure)

Jour 5

Seigneur, Ô tout puissant leader du livre sans bas de pages !

La presse, insidieuse mère maquerelle, distille des informations sur mes affaires !

Un journaliste du palmipède m’ appelé pour me dire que j’ai filé pour 500.000 balles à Pénélope sur mon enveloppe parlementaire !

Mais bon sang ! Par Saint Bernardin de Sienne (Patron du marketing communication), c’est la merde !

J’ignore d’où vient la fuite.

Le journaliste me dit que l’information sortira mercredi.
C’est embêtant.
Que faire…

Amen

PS : Pénélope m’a fait un clafouti divin ce soir. Je ne sais pas comment lui dire la nouvelle.

Jour 6

Bordel d’enculé de sa mère la pute !

Quelle bande de clébard !

Ô Seigneur !

Désolé pour ce langage dont tu es si peu coutumier.

Ces journalistes osent dire que j’ai rétribué ma femme sur l’argent de l’assemblée en tant que parlementaire.

Ils disent que je n’ai payé au titre d’attachée parlementaire pendant huit ans et pendant vingt mois comme collaboratrice à la Revue des deux mondes. Ils ont même calculé 500.000 euros pour son rôle d’assistante.

C’est une honte !

Par Goustan (Saint des marins pêcheurs) comment dire que cette femme ne travaille pas?

Elle élève nos chérubins et entretient la maison comme personne d’autre.

C’est un travail à temps plein.
Je ne suis pas homme à me plaindre.
Mais tout de même !

La justice (Saint Brice – je n’aime pas ce saint car le seul Brice que je fréquente à une tête de taulard) a ouvert une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits par le Parquet national financier.

C’est de la  « calomnie » !

J’ai demandé aux enquêteurs de me recevoir « dans les plus brefs délais ».

Je suis inquiet.
Amen

PS : Audi me demande 15.000 pour des sièges baquets.

Jour 7 

Jésus,

Je me tourne vers toi, agenouillé en grenouillère près de mon lit, pour t’adresser mes voeux les plus profond.
Je suis dans la merde seigneur.
Figure toi que les policiers de l’Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales sont allés  perquisitionner à la Revue des deux mondes, chez mon copain Marc Ladreit de Lacharrière.

Ils ont découvert des articles non publiés de Pénélope. En voici des extraits.

Harry Potter :  » L’histoire d’un adolescent sujets aux hallucinations dues à la prise répétée de cannabis pensant parler aux Hiboux avec une baguette. Ce livre s’adresse aux fumeurs de cracks ».

Le petit Prince : « Un enfant veut devenir président de sa propre terre en prenant un renard comme Premier ministre. Nota Benne : métaphore du quinquennat de Nicolas Sarkozy avec François dans le rôle de l’animal roux ».

Le journal d’Anne Frank : « Essai médical sur le typhus pendant la seconde guerre mondiale. Écrit par une juive ».

Les Misérables : « Jean Valjean est un homme musclé et sensuel. Il est pauvre comme un député payant trois assistants. Il rencontre Gavroche et Cosette une fillette martyr qui ne se couche pas à 20h tous les soirs. Portrait d’une France contemporaine accro au sport ».

Les dix petits nègres : « Livre sur la reconduite aux frontières. Je n’ai pas pu le lire au delà de la page de garde ».

Le Seigneur des Anneaux : « Livre avec des nains malformés, un roi sexy et un vieux à barbe. L’histoire se déroule dans un pays montagneux (disons l’Irlande). Des nains fabriquent des gargouilles et une montagne crache du feu et des migrants. Ces deux derniers s’unissent pour prendre le pouvoir »

Roméo et Juliette : « Livre d’amour impossible entre deux adolescents issus de deux familles rivales. Un peu comme si Marie ma fille voulait épouser Louis Sarkozy ».

1984 : « Livre qui aurait pu s’appeler 2017. Un président américain roux veut transformer sa démocratie en dictature. Internet surveille tout le monde. Les robots-mixers deviennent des agents du Mossad et espionnent les ménagères de la Sarthe ».

L’Étranger : « Livre avec des phrases très courtes. On a du mal à accrocher au style de l’auteur. Comme si le héros était étranger à lui-même. Illisible ».

Bel-Ami : « Livre sur un arriviste qui ne recule devant rien pour arriver à ses fins. Métaphore du monde de la politique et du journalisme. Nicolas et François adorent ce livre ».

Le Horla : Ça fait peur.

Le parfum : « Livre document étonnant sur la composition des senteurs. Un homme bizarre (qui ressemble un peu à l’Étranger cité plus haut) découpe des femmes rousses pour s’en faire du sent-bon. Les gens adorent et deviennent fous. Fin de livre un peu pornographique. A éviter ».

Ulysse et l’Odyssée : « Un homme nommé Ulysse est perdu avec son fils sur les mers. Il doit vaincre des Dieux fourbes et méchants (Poséidon, Cyclope, Nicolas…) pour retrouver sa chère et tendre Pénélope coincée dans la cuisine à faire des compotes dans la Sarthe. Superbe livre ! »

Ô seigneur !

Je me rends bien compte que ces fiches de lectures sont écrites avec passions et professionnalisme mêmes si des tâches de chocolats arborent les coins des feuillets !

Mais le travail de Pénélope est réel.

J’irai ce soir défendre ma mie à la télé.

Je ne peux laisser cette manoeuvre politique m’atteindre.

Amen

PS : Audi me demande si je peux rallonger de 10.000 pour des pneus. Je me demande si ils ne se foutent pas un peu de ma gueule.

Jour 8

C’est une calamité….
Seigneur !

J’en appelle à ta puissance ainsi qu’à la bonté de Saint François de Sales (patron des journalistes – mais je vais aussi appeler Lagardère, Pigasse et Bolloré).

Hier, je me suis emporté à la télé.
J’ai défendu Pénélope. J’allais même lire quelques unes de ses fiches de lectures à l’antenne, mais je me suis retenu au dernier moment.

J’ai préféré assumer mon rôle patriarcale en révélant avoir embauché deux de mes enfants pour des « missions précises » quand j’étais sénateur.
Je pensais bien m’attirer les voies des catholiques en jouant la carte du patriarche.
Mais ces salauds de journalistes ont commencé à me poser des questions.
Le Canard a dit qu’il allait investiguer.
Nicolas m’a appelé. Il n’a pas arrêté de rire au téléphone.
J’ai préféré raccrocher.

Amen.

Demain est un autre jour….

Jour 9

Ô seigneur !
Ô grand tout, toi, celui par qui tout est devenu quoi.
Ô oui…
Le diable m’a contacté aujourd’hui par l’intermédiaire de mon téléphone.
Au départ, j’ai crucial qu’il s’agissait de Saint Pierre (saint des poissonniers).
Mais en réalité, c’était Nicolas.
Il n’a pas parlé.
Il riait.
Il riait et pleurait en même temps.
Ses seuls mots « j’arrive plus à m’arrêter, t’es trop bon ».
J’ai raccroché.
Tout comme toi Jésus, mon père spirituel m’a rejeté avec violence.
Et je ne suis pas certain qu’il me ressusciterait si nécessaire.
J’ai pris ce rire gras pour un avertissement.
Amen.
Ps : Pénélope fait la gueule. Son tiramisu était assez médiocre. (pêché de paresse)

Jour 10

Alain refuse d’être un plan B.
Il a balancé ça à la presse.
Je lui ai rien demandé au vieux.
Je ne me retirerai pas.
Les Français sont assez bêtes pour me croire.
Et puis, c’est quasiment un million d’argent public que j’ai gratté.
Je ne suis pas le premier et je ne serai pas le dernier.
J’ai beaucoup pensé à Saint Barbe, le Saint des pompiers.

Il faut que j’éteigne ce feu.
Demain, je fais un meeting.
Je vais casser la baraque (pêché d’orgueil)

Jour 11

« A travers Pénélope, on cherche à me casser » !

Seigneur, j’ai balancé ça bien haut, brandissant Pénélope sur une croix, la montrant du doigt. Perforée par les diatribes des journalistes. Leurs mots, leurs images, c’est de là que coule le sang de ma femme.
J’aurai pu dire cela, mais Saint Joseph d’Arimathie (Saint des pompes funèbres)  n’aurait pas aimé.
Je vois bien que les Français me font la gueule. Tout comme les sondages.

Heureusement qu’il me reste tes fidèles, les plus pieux et les plus vieux.

Je ne vais pas me laisser faire.
Amen

PS : Nicolas m’a appelé, il n’arrêtait pas de rire.
Je le hais. (pêché de colère)

Jour 12

Mon Seigneur Dieu et Père,
je compte sur toi pour prendre ma revanchesur les poussées d’orgueil qui m’assaillent et qui corrompent surtout l’humanité entière.

Car oui Seigneur, c’est l’humanité et ces salauds de juges qui m’assaillent.
À cause de l’orgueil sont massacrés les faibles;
il aime détruire les gens sans défense.

Et je suis sans défense face à cet amas de langues de vipères.
Presque.
J’ai lancé des mots aux journalistes comme « boule puante ». Je suis sur que cela va les occuper quelques temps et qu’ils vont fouiller dans les archives pour faire de jolis reportages sur les coups fourrés en politiques.
Amen.

PS : J’ai mis une sonnerie spéciale pour filtrer les appels de Nicolas.
Il me casse les couilles.

Jour 13

Les juges ont perquisitionné l’assemblée.
Ils cherchent des preuves du travail de Pénélope.
Ils peuvent toujours chercher, ils ne trouveront rien !
Pénélope est une femme si transparente que parfois, je me demande si elle est dans la même pièce que moi.
Une fois, j’étais tranquillement dans mon bureau à reluquer un site pour assistantes parlementaires coquines quand j’ai entendu « elle est pas mal celle là ».

J’ai eu la peur de ma vie.
Pénélope se tenait derrière moi et je n’avais rien vu venir !

Alors les juges, ils peuvent se toucher le cul avec un doigt et faire tirelipimpon dans les couloirs du 36.

Ils ne trouveront rien !

D’autant que Pénélope n’a jamais vraiment travailler.
Mais ça, seul toi et moi le savons.
Je compte sur toi pour ne pas ébruiter cette info hein? hi hi

Mais j’ai un soucis : les députés veulent un plan de rechange.

Je les tiens de moins en moins.

Ils parlent de Baroin, du petit gros de Picardie ou du vieux bordelais.

Je crois en toi Seigneur.
Alors je crois en moi.
Amen

PS : Pénélope m’a fait une tête de veau et j’ai cru voir le visage de Nicolas se dessiner dans la sauce. Cela me rappelle de mauvais souvenir (CF journal intime de Nicolas Sarkozy).

Jour 14

Seigneur tout puissant,

J’en appelle à Saint Isidore de Séville (saint des informaticiens et Internet) pour contrer les appels de Nicolas.
Il m’a appelé 47 fois cette nuit pour me rire au nez.
Cet homme est le diable.
Peux-tu lui couper toute connexion avec l’extérieur?

Il commence à me poser des soucis avec sa bande de mafieux du sud est…

Si il riait de la sorte, c’est parce qu’il avait eu vent de la une du Canard du lendemain.
Ils ont revu les salaires de Pénélope à la hausse.
Ils parlent de 830.000 euros et non plus de 500.000.
Et dire qu’elle se plaignait toujours de ne pas toucher un sou…
C’est vrai que j’aurai pu lui donner…
Mais j’en avais besoin pour l’Audi et les autres bagnoles.

Puis ils ont sorti les 84.000 des enfants pour leur collaboration au Sénat.

Je suis dégouté.
En plus, Pénélope et les enfants me font la gueule parce que je leur ai filé que la moitié du magot vu que tout est parti dans « l’écurie Fillon ». Une dizaine d’Audi que j’ai défoncé dans le virage 21.
Il est dur à franchir à 200 km/h.

Bref : c’est la merde Seigneur.
Mes fidèles continuent de me suivre, mais à ce niveau ce sont vraiment des imbéciles.

Ils n’ont rien compris.
21% des électeurs.
Ca en fait du fidèle qui croient encore au messie.
Seigneur…
J’implore ton pardon.
Je promets de moins piquer dans la caisse.

Amen.

Jour 15

Mes prières à Saint Isidore de Séville n’ont pas trouvé d’écho.
Maintenant Brice, Rachida et George me harcèlent au téléphone.
Ils veulent que je me retire de la campagne et que je laisse la place à Harry Potter (c’est comme ça que j’appelle Baroin).

C’est hors de question !

Amen.

Jour 16

Amen

Jour 17

Bordel de merde

Amen

Jour 18

C’est le pompon Seigneur !
C’est à ce demander si tu existes vraiment parce que là, tu ne m’aides pas vraiment !

Y a encore la Lucet qui a trouvé une vidéo où Pénélope balance qu’elle fout rien de ses journées !

Je me casse le cul à bidonner des trucs pour prouver que Pénélope travaille comme une damnée et elle va balancer aux Anglais qu’elle fait des compotes dans la cuisine et ne fait rien de ses journées!

Par Saint Camille de Lellis (Saint patron des infirmiers), comment veux-tu que je m’en sorte?
Ne veux tu pas que j’apporte ta bonne parole aux Français?
Ne veux-tu pas que je remette tous ces Français au boulot?

Es-tu contre les entrepreneurs? L’actionnariat? Le patronat?
Pour le patron des patrons, je ne te trouve pas vraiment enclin à valoriser le travail là !

Alors bouge toi le cul bougre de fainéant de merde !

Ou bien je te préviens : je n’irai pas à l’église dimanche matin.
Amen

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s