Poème bleu Marine

C’était en l’an de grâce deux fois mille plus dix-sept,

De terribles mécréants terrorisaient les Français de leur disette,

« Flûte alors, flûte alors, geignaient les autochtones,

Ces cons-là, à coup sûr, vont venir dans not’ zone ». 

L’un a proposé : »Chiche, qu’on reste et qu’on se bat! »

« Mon cul! » ont dit les autres en filant à grand pas. 

Y avait là Marine, une monarque future,

Qui s’écria : « j’crois qu’on va cogner dur ». 

Quand les féroces migrants sont arrivés chez eux, 

Les villageois se sont tous repliés, mis à part un ou deux, 

En hurlant « Sauve qui peut, on est mille contre un! » 

Comme c’était pas des courageux, ils ont fichu le camp, 

Et dans l’urne, ils ont glissé un bulletin bien céfran. 

La Marine se mit à hurler, crier, crachoter, postillonner, 

Qu’les migrants voulaient rien qu’violer, piller et tuer. 

En débarquant en masse dans les nos coquets villages. 

« Y vont bouffer la bouffe et piquer la piquette!, 

Et quand ils auront le temps, ils violeront les fillettes! ». 

Et pourtant, la blonde, beaucoup l’avaient averti, 

« Marine, les pignoufs, on n’aime pas ça ici ». 

Au soir tombant, les migrants avaient remis les voiles, 

Sans la grosse, ils auraient pu passer une journée au poil ». 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s