Comment faire chier un centre d’appel téléphonique?

« Avant toute chose, n’oubliez pas que les personnes que vous avez en ligne font un sale boulot, mal payé, et qu’elles sont rarement, si ce n’est jamais, là par choix ou par vocation. En bref ce sont des boulots de merde. Restez donc toujours courtois et poli, ou du moins essayez de le rester.
D’ailleurs, et nous l’aborderons plus loin, le fait d’insulter l’opérateur est l’une des rares situations où il est autorisé à vous raccrocher au nez. Ce serait dommage d’en arriver là. Pour une fois que quelqu’un daigne vous adresser la parole.
Cependant vous aussi avez le droit d’avoir vos problèmes, et votre patience a des limites, putain de Bordel de merde !
Le plus insupportable étant les appels destinés à vous fourguer des choses que vous n’avez jamais demandées, par des gens que vous ne connaissez ni de lèvres ni de dents, et qui pourtant semblent bien souvent en savoir beaucoup sur vous.
Nous ouvrons donc une liste thématique qui n’est certainement pas exhaustive, et que les commentateurs de cet article seront appelés à compléter.

LE BOOMERANG PARANOIAQUE
En tout début de conversation, indiquez d’emblée à votre correspondant « je tiens à vous signifier que notre conversation sera enregistrée ». Immanquablement, votre correspondant ne manquera pas d’exprimer sa surprise (genre arroseur arrosé), ce à quoi vous ajouterez direct « Si vous souhaitez vous y opposer, vous le pouvez par simple lettre recommandée avec accusé de réception ». L’avantage de cette technique est que votre interlocuteur sera bien plus attentif, voire attentionné, à votre égard. Donc idéal lorsqu’il s’agit de la gestion d’un litige qui semble parti pour durer. Ce sont d’ailleurs les litiges qui durent qui sont les meilleurs, n’est-ce pas ?
N’oubliez jamais que ces boites ne se gênent pas pour vous enregistrer, systématiquement.

LA RECIPROQUE
Un mec que vous ne connaissez pas, vous appelle pour vous proposer des solutions de défiscalisation. Demandez lui alors combien il gagne. Justifiez-vous en lui disant que vous ne le connaissez pas, et donc que la moindre des choses serait que vous en sachiez plus sur lui pour établir la confiance nécessaire entre vous, pour que vous consentiez à lui parler de vos revenus et patrimoine (que de toute façon il connaît déjà, sinon il ne vous aurait pas appelé. Mais çà, il ne sait pas que vous le savez)

L’ANTI PROSPECT
Vous avez toutes les raisons de refuser de réponde à des questions ayant trait à des données personnelles quand elles vous sont demandées par un service avec lequel vous savez qu’il n’y aura pas de relations futures. Cependant, n’oubliez jamais que vous êtes déjà dans leur fichier de prospection qui sera de toute façon revendu à d’autres boites. La personne qui vous appelle a pour mission de compléter un fichier déjà existant. Autant leur donner un profil le plus inintéressant possible. Ainsi, vous serez veuf et chômeur et sans enfants et sans diplômes et âgé de 67 ans, et locataire et sans revenus. Bref, le prospect de merde.
L’idéal étant d’être décédé. Mais moins crédible.
Exemple de dialogue tiré d’un forum sur le sujet :

J’ai tenté un truc une fois et la société ma plus jamais rappelée :
Elle : « Bonjour nous sommes partenaire EDF, nous allons venir dans votre ville et comme vous êtes propriétaire, bla bla bla …
Moi : Désolé je suis locataire …
Elle : vous êtes sure ?
Moi : bah oui quand même je le saurai et puis ma maison est tellement pourrie qu’il faudrait être complètement con pour l’avoir achetée !
Elle : c’est peut être votre mari qui est le propriétaire ???
Moi : MORGAN TU AS ACHETÉ CETTE MAISON DANS MON DOS !!!!! ESPÈCE DE SALOP !!!!!!!!!!!!!
Elle a raccroché et moi j’étais pliée !!!!

LA FRITURE
Sachez que votre correspondant est challengé sur un nombre d’appels par heure. Le record de cadence devient le nouvel objectif du plateau, entrainant leurs opérateurs dans une compétition effrénée contre eux mêmes, et une rivalité entre individus, entretenue par leur encadrement.
Or, celui qui vous appelle n’a pas le droit de vous raccrocher au nez, tant que vous ne l’insultez pas. Et encore, çà dépend des boites…
Donc la conversation peut sans problème s’éterniser, si par exemple vous posez le combiné à côté de vous, pour continuer ce que vous étiez en train de faire, comme des travaux de maçonnerie, de découpe d’acier avec une torche à plasma, la copie à l’aquarelle de la tapisserie de Bayeux ou encore une reproduction à l’échelle 1:1 de l’étoile noire en LEGO.
Le summum est quand même atteint quand on vous appelle alors que vous êtes précisément en pleine friture (préférez les côtes de porc, ou les frites ce sont les plus bruyants). C’est de là que viendrait l’expression « il y a de la friture sur la ligne ».

L’HOMME DES BOIS
Un prospecteur vous appelle pour vous proposer une nouvelle formule d’abonnement téléphonique dont vous n’avez que foutre. N’hésitez pas à lui indiquer (toujours avec aplomb) que vous n’avez pas le téléphone ; même si c’est votre fournisseur actuel qui est en ligne. On n’est plus à çà près !
Une autre technique consiste à ne jamais répondre au téléphone, de qui que ce soit. Riez, mais c’est du vécu ; en séjour chez des amis vivant au Canada, je m’étonnais de ne jamais les voir répondre lorsque leur téléphone fixe sonnait, alors qu’il sonnait régulièrement. Ils m’expliquèrent que tous les appels étaient ceux de prospecteurs téléphoniques et qu’ils n’avaient de ligne fixe que pour avoir l’internet. Dans le même genre d’idée, c’est la technique qui consiste à laisser son mobile chez soi, pour être sûr de ne pas être géolocalisé par la NSA…

LA PRISE DE TETE
Plutôt qu’un long discours, je vous retranscris ci-après ma récente conversation avec un démarcheur :

Lui : Bonjour Monsieur xxxxx*, je m’appelle Jean Dupont de la société Duchmol**, je vous appelle pour vous proposer des solutions pour réduire vos impôts.
Moi : Bonjour. D’abord j’aimerai savoir par quel moyen vous avez eu mon numéro de portable et mon nom***.
Lui : Là n’est pas la question, puisque je vous appelle pour vous proposer des solutions pour réduire vos impôts.
Moi : Si, justement la question est là puisque je n’ai pas demandé à ce qu’on m’appelle.
Lui : Vous avez dû inscrire vos coordonnées dans un formulaire d’assurance (? ?)
Moi : Non jamais puisque ce numéro n’est pas a moi. Or vous savez mon nom, donc j’aimerais savoir où vous avez eu ces informations.
Lui : Mais vous n’écoutez pas ce que je vous dis ! Je vous propose des solutions pour réduire vos impôts !
Moi : Mais si je vous ai écouté, mais je vois que des informations me concernant circulent à mon insu, sont revendues et donc on de la valeur. Donc j’aimerai en profiter aussi. Combien me payez-vous pour me parler ?
Lui : Mais je n’ai rien à vous vendre, je vous appelle pour vous proposer des solutions pour réduire vos impôts !
Moi : Excusez moi, mais vous êtes quand même payé par quelqu’un, vous ne faites pas çà gratuitement.
Lui : Mais çà ne vous coûte rien puisque je vous dis que je n’ai rien à vous vendre, je vous appelle juste pour vous proposer des solutions pour réduire vos impôts.
Moi : Même si ce n’est pas vous personnellement, vous m’appelez quand même pour me vendre quelque chose.
Lui : Mais quand vous même visitez les Pharmacies****, ce n’est pas vous qui leur vendez en personne des produits.
Moi : C’est très intéressant ce que vous me dites là. Ainsi vous sauriez que je travaille dans le domaine de la pharmacie. Que savez vous d’autre sur moi ?
Lui : Vous me faites perdre mon temps !
Il a raccroché. Depuis je n’ai aucune nouvelle. Etonnant ?

*Je précise que xxxxx n’est pas mon vrai nom.
** Là aussi il ne s’agit pas de son vrai nom, que de toute façon je n’avais pas pris la peine de noter, puisque de toute façon il était probablement faux.
*** En effet ce portable est au nom d’une société dont je suis salarié.
**** Je précise que j’ai un métier qui est souvent associé à tort par le quidam, et pour des raisons que je ne détaillerai pas ici, aux pharmacies de ville. »

Article tiré d’Agoravox

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/comment-faire-chier-un-centre-d-171142

Rajout du propriétaire de Saul

« JE VOUS RAPPELLE »

Généralement, lorsque l’on m’appelle, j’utilise systématiquement cette méthode.

Lui : Bonjour. Je m’appelle xxx. Je travaille pour la société xxx. Je voudrais vous proposer xxx service.

Moi : Ah, vous tombez mal. J’allais justement partir. Mais donnez moi votre numéro de téléphone personnel, je vous rappelle dans la journée.

Lui : Désolé, il interdit de donner nos numéros personnels.

Moi : Vous ne voulez pas être dérangé?

Lui : C’est exactement ça .

Moi : Eh bien moi non plus. (Raccrocher à ce moment là).

LE SYNDROME GILLES DE LA TOURETTE

J’utilise souvent ce procédé. Il s’est révélé efficace pour des agences d’experts vitrier (j’ai de gros soucis avec les vitriers). Dans le cadre de la maladie mentale, il ne faut jamais hésiter à surjouer la mauvaise diction. Mon préféré, c’est bien évidemment le syndrome Gilles de Tourette. Le gourmet débutera la conversation avec style et emphase sur un ton enjoué. L’opérateur, mis en confiance, se sentira pousser des ailes. Au moment précis où il commencera à vous vendre son projet, commencez à asséner un flot d’insulte au téléphone. Puis excusez-vous platement en expliquant le problème. L’opérateur sera obligé d’être dans l’empathie. Dès qu’il vous dira une phrase telle que « je comprends », balancez lui un tsunami d’insulte. Il finira par raccrocher et, avec un peu de chance, vous serez rayés des listings.

Cela marche également avec d’autres maladies mentales.

LA DRAGUE : UNE HISTOIRE DE PERVERS SEXUEL

Peu importe le sexe de l’interlocuteur. Au moment même où il se présente, répondez-lui qu’il a une jolie voix. Bien sûr, il sera mal à l’aise. Au fil de la conversation, commencez à lui demander ses positions sexuelles préférées, la taille de ses attributs etc. Normalement, vous devriez être assez vite tranquille.

TROUBLES AFFECTIFS

J’ai passé un excellent moment avec un assureur au téléphone la semaine dernière.

Lui : Bonjour. Je m’appelle xxx. Je travaille pour la société xxx. Je voudrais vous parler d’assurance vie.

Moi (d’une voix déprimée) : Vous tombez mal. Je viens de perdre mon boulot et ma femme m’a quitté la semaine dernière.

Lui : Ah… Euh… Justement, l’assureur xxx vous accompagne dans tous les moments de votre vie.

Moi : Au moment où vous me parlez, j’ai une corde autour du cou monsieur. J’allais me suicider.

Le saligaud à raccrocher. Comme quoi les démarcheurs….

LE BLAGUEUR

Le truc, c’est de ne jamais répondre à la moindre question. Vous décrochez, vous répondez et vous imaginez qu’au bout du fil, c’est votre meilleur pote qui vous fait une blague. J’aime beaucoup ce procédé. Il demande un peu de temps devant soi.

L’interlocuteur raccrochera furieux au bout de 5 minutes Il a le don d’énerver l’interlocuteur au plus haut point.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s