Conseils pour un enterrement

Abstenez-vous de critiquer la personne en l’honneur de qui est donnée la représentation.

Abstenez-vous de tout commentaire sur les accessoires. Si les poignées sont en métal plaqué, mieux vaut ne pas le remarquer.

Si le lourd parfum des fleurs vous incommode, rappelez-vous qu’elles ne vous sont pas destinées et que la personne à qui elles le sont n’en est pas importunée. En affectant la plus grande attention, écoutez l’hommage officiel relatif à la personnalité et à la carrière de celui en l’honneur de qui la représentation est donnée; si d’aventure cet hommage ne correspond pas à la réalité, abstenez-vous de pousser du coude votre voisin ou de lui signifier que ces paroles c’est du pipeau,

Si les espoirs qui sont officiellement émis au sujet de la personne en l’honneur de qui est donnée la représentation sont excessifs, comme vous êtes en droit de le penser, laissez dire – n’intervenez pas.

Aux passages émouvants, soyez ému – mais que votre émotion soit mesurée à l’aune de votre intimité avec les personnes donnant la représentatlon ou avec la personne en l’honneur de qui elle est donnée.

Alors qu’un proche parent sanglote, un ami intime doit suffoquer de douleur, une vague connaissance soupirer, mais un étranger peut se contenter de triturer son mouchoir.

En cas de mésentente familiale, retenez-vous de tancer toute personne avec qui vous auriez eu des désagréments dans le passé. La mort uni, ne laissez pas la vie désunir.

Si la personne en l’honneur de qui la représentation est donnée n’apprécie guère les discours religieux, attendez la fin du sermon et l’évacuation du cercueil pour mentionner ce détail au curé. Si vous êtes athée et enterré dans un cadre catholique, n’hésitez pas à jouer sur plusieurs tableaux. Le clergé accueille ses ouailles mêmes dans la mort,

Si une quête est organisée au profit d’un office religieux, délestez-vous de quelques pièces en triturant la corbeille afin de semer le doute sur le montant de votre contribution.

Lors des chants, lâchez-vous! Le public, peiné par la disparition du défunt et plongé dans le pardon, trouvera toute sorte d’arguments pour excuser votre série de fausses notes.

Ne soufflez pas sur les bougies, il ne s’agit pas d’un anniversaire.

En cas de crémation, évitez toute analyse sur sur la taille réduite du défunt encastré dans l’urne.

Venez sans votre chien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s