Journal intime d’un rendez-vous amoureux : le poids émotionnel des choses

Claire se prépare pour son second rendez-vous avec Samuel. 

Dans la tête de Claire

J-7
Je suis heureuse. Samuel m’a proposé un second rendez-vous. Il me plait beaucoup. Il ressemble au roi du Seigneur des Anneaux. Je suis certaine qu’à la fin du diner, nous irons « chez moi » pour notre « première fois ». Il me faut une tenue sexy. J’ai passé trois heures à faire les boutiques. J’ai essayé de trouver des fringues dans le style bohème. Mais ça ne me correspondait pas. Alors j’ai essayé le style rockeuse et femme d’affaire. Je me suis finalement arrêtée sur une robe noire échancrée. Elle dessine parfaitement bien mon corps.

J-4
Je me suis réveillée en sueur. J’ai rêvé que Samuel ne me trouvait pas à son goût. Pas assez coquine. Est-ce un rêve prémonitoire? Samuel est-il si coquin? Je ne peux pas laisser un songe me pourrir la vie. Je me suis rendue dans une boutique de lingerie pour acheter un porte-jarretelle et des sous-vêtements coordonnées. J’en ai eu pour 160 euros. C’est super cher ! Samuel en vaut vraiment le coup. 

J-3
Mes cheveux font des siennes ! Mes racines tirent sur le blanc. C’est la force de l’âge, dit-on. Je ne veux pas passer pour une fille d’un autre âge… J’ai donc pris rendez-vous chez le coiffeur. J’ai fait une couleur. J’en ai profité pour me faire tailler les pointes. Résultat : 90 euros. C’est une fortune pour mon salaire. Mais Samuel en vaut le coup. 

J-2
Je mange léger depuis trois jours. Je veux avoir le ventre plat. Je me dit que je me rattraperais le soir du rendez-vous. Je suis si anxieuse que je me suis rongé les ongles. On dirait que j’ai les doigts de Golum. Personne ne voudra jamais mettre une bague autour de tels doigts. Je suis donc allée faire une manucure. Ca m’a couté 50 euros. Mais quelles mains ! Je suis passé du hobbit au rang d’Elfe. Ce rendez-vous me coûte beaucoup d’argent. Samuel paiera le restaurant. Au bout du compte, je ne m’en sors pas si mal. 

J-1
Je suis allée courir une heure. Il faut absolument que je me muscle. J’ai du sortir mes vieilles baskets de sport. Elles étaient si usée que j’ai dû en racheter une paire. Heureusement, elles étaient en solde : 40 euros. J’en ai profité pour me faire faire le maillot par une professionnelle. Comme ça j’évite les irritations, le sang et les larmes ! 30 euros. Mais je suis toute douce ! Je n’arrête pas de me dire que Samuel vaut largement tout l’argent que j’ai dépensé. 

Une heure avant le rendez-vous

J’essaie ma tenue qui ne me convient pas du tout. Je fouille ma garde-robe. J’essaie des pantalons avec différentes chaussures. Peut-être aime-t-il les femmes simples? Serais-je trop guindée? Est ce qu’il ne serait pas plus à l’aise si je venais en jogging? Je mets trois heures à choisir ma tenue. 

30 minutes avant le rendez-vous
Merde, je suis en retard. Finalement j’ai mis ma robe, mes sous-vêtements, mon porte-jarretelle et mes chaussures spéciales « grandes occasions ». Je ne les porte jamais car je suis incapable de marcher avec. Elles m’ont couté 200 euros, mais la dernière fois que je les ai utilisé c’était il y a deux ans. Elles me font mal au pied. De toute façon, je resterai assise toute la soirée. Nous n’avons pas prévu de marcher. 

10 minutes avant le rendez-vous
Je suis en retard. Je prends un taxi. 15 euros, ce n’est pas bien cher payé pour Samuel. 

Dans la tête de Samuel

J-7
Chouette ! Claire a accepté mon rendez-vous ! Elle me plait beaucoup. Je file au restaurant, j’ai faim. 

J-4
J’ai fait trois pompes et je me suis regardé dans la glace. J’ai un peu vieilli, mais franchement, je reste au-dessus de la moyenne. Ca mérite un bon restaurant, j’ai faim. 

J-3
Qu’est ce que je vais me mettre? Bah, je verrai bien. J’ai faim. 

J-2
Je vais aller chez le coiffeur. J’ai des épis partout et ça ne fait pas classe. Claire n’aime peut-être pas le genre de mec qui ne s’entretient pas. Oh et puis non… Il est midi, c’est pas une heure pour se faire coiffer. J’ai faim. 

Deux heure avant le rendez-vous

Bordel ! J’ai trop bouffé cette semaine ! Je suis gras comme un cochon. Qu’est ce que je vais mettre? J’ai mon costume bleu pour les grandes occasions. Il fait toujours son effet. Ca fait chic, posé et mature. J’ai beaucoup de succès avec. A moins que je ne mette un jean et un vieux tee-shirt. Ca fait le mec négligé mais chic. Genre : « te prend pas la tête avec moi gamin, je suis cool ». Je fouille dans mon placard. Je tombe sur un jogging. Je le regarde et le remet au fond du placard. Finalement, je m’arrête sur le costume bleu. C’est l’occasion où jamais de le sortir. Je cherche une chemise blanche. Merde. Elles sont toutes sales. Tant pis, je vais aller en acheter une. Je regarde le costume, il y a une tache de sauce tomate dessus. Je la gratte avec l’ongle. J’ai trop mangé de plats en sauce. Heureusement j’ai prévu le coup. Je me lave les dents avec un dentifrice spécial « dents blanches » acheté dans la journée (4 euros). Je souris. Je file acheter une chemise blanche. 

Faisons les comptes. 

Bilan Claire : 
Sous-vêtements : 160 euros – trois heures d’essayage 
Robe : 120 euros – trois heures de recherche
Baskets : 40 euros – une heure de recherche
Coiffeur : 90 euros – deux heures et demi de perdues
Manucure : 30 euros – trente minutes 
Epilation : 30 euros – trente minutes 
Chaussures  : 200 euros sur plusieurs années (mais elle ne peut toujours pas marcher avec)
taxi : 15 euros
Essayage de dernière minute : Trois heures
Total : 485 euros soit 13h30 (sans les chaussures)

Bilan Samuel 
Chemise : 80 euros – trente minutes 
Dentifrice dents blanches : 4 euros
Repas : 200 euros
Total : 284 euros soit 30mm (sans le repas)

Ce qui est intéressant dans cette histoire, c’est le temps de réflexion rationnel et émotionnel accordé par chaque personnage, le rapport coût, plaisir, objet et émotion dans notre culture consumériste. Le rapport émotionnel accordé par Claire à son aspect esthétique lui coute non seulement beaucoup d’argent mais également beaucoup de temps. Rationalité et émotion se sont institutionnalisés, dépensant notre argent, et surtout notre temps. Ses achats correspondant à une évaluation de leur apport vis-à-vis du but recherché. Ils la rassurent. Les cultures capitalistes modernes en sont venues à être dominées par un ethos hédoniste, lequel joue un rôle essentiel dans la légitimation de tels dépenses.
Si l’on fait fi de tout aspect moral, sachez que Claire a trouvé Samuel tout à fait charmant. Ils ont passé une nuit de dingue. Dans sa fougue, Samuel a arraché la robe de Claire qui a renversée par mégarde de la sauce tomate sur la chemise du garçon.

Le lendemain matin, tous les deux avaient mal au cul. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s